Trois questions à se poser avant de lancer sa plateforme de crowdfunding

Trois questions à se poser avant de lancer sa plateforme de crowdfunding

Vous souhaitez lancer une plateforme de crowdfunding, mobiliser une communauté capable de faire se mouvoir les montagnes, financer des projets ? Avant toutes choses, il convient de répondre à trois questions fondamentales…

Pour qui et pour quoi ?

  • Identifiez votre ou vos cible(s) de porteurs de projet et de donateurs en fonction de la vocation de votre plateforme de crowdfunding : thématique, géographique, etc. Ce marché est-il assez large, et dans le même temps suffisamment spécialisé, pour ne pas rentrer en concurrence avec les plateformes généralistes, qui seront difficiles à affronter au lancement ?

  • Mettez en place des métriques permettant de piloter les résultats de la plateforme en fonction de vos objectifs : nombre de projets présentés par mois, par an, nombre de projets financés, nombre de soutiens par projet, nombre d’inscrits à la newsletter de votre site de crowdfunding, etc.

  • Coordonnez, en amont du lancement de votre plateforme, vos réseaux, aussi bien en ce qui concerne les filières pourvoyeuses de porteurs de projets que celles qui concernent les donateurs et « influenceurs » potentiels ;

  • « Rien ne sert de courir… » Préparez soigneusement votre lancement ! Il doit être le point de départ d’une montée en puissance. Ne laissez rien au hasard, ayez un nombre de projets suffisant à présenter et des partenaires solides prêts à s’engager à vos côtés. Faites en sorte que cet évènement créée une dynamique au sein de la communauté que vous souhaitez toucher : Appel à projet, jeu concours, dotation exceptionnelle, ou tout autre évènement à forte valeur ajoutée pour les porteurs de projets potentiels seront un vrai plus pour votre plateforme.

Comment ?

  • Pour mettre en oeuvre sa plateforme de crowdfunding, deux scénarios :

  1. Vous créez votre propre technologie, ce qui nécessite du temps et des moyens importants. N’oubliez pas que, par la suite, il sera nécessaire de prévoir des ressources techniques permettant l’évolution et la maintenance de la plateforme. Cette option possède également des avantages, puisque le fait de développer votre propre technologie permet une grands flexibilité et réactivité.

  2. L’autre solution, la plateforme de crowdfunding en « marque blanche », vous permet de bénéficier d’une technologie éprouvée, avec un coût financier prévisible et d’externaliser les développements informatiques et la maintenance de l’application. Cette solution présente bien des avantages, dont la rapidité de mise en oeuvre, le coût raisonnable et le panel complet de fonctionnalités disponibles. Certaines solutions, basées sur la mutualisation des ressources, permettent de réduire significativement les coûts de développement de nouvelles fonctionnalités.

Avec qui ?

Quelle équipe, quelle compétences ? Ici, il n’y a pas de règles fixes, ce dont nous pouvons attester d’expérience, c’est qu’il existe un certain nombre de compétences clés pour le fonctionnement d’une plateforme de crowdfunding :

  • Un community manager idéalement à plein temps. Véritable pierre angulaire de la gestion opérationnelle de la plateforme, cette ressources doit être suffisamment polyvalente pour mener de front deux missions distinctes. Tout d’abord animer et mettre en avant la plateforme sur les réseaux sociaux, créer du contenu de qualité et amorcer ou alimenter l’écosystème devant déboucher sur la création d’une ou de plusieurs communautés mobilisées et mobilisables ;

  • En second lieu, cette ressource pourra assumer une mission plus éloignée de ses compétences initiales, mais cruciale qui consiste à être l’administrateur de la plateforme de crowdfunding, c’est-à-dire l’interlocuteur des porteurs de projet, tant dans leur sélection que dans leur accompagnement ;

  • Naturellement, pour les plateformes d’investissement ou de prêt, une ressources disposant de l’expertise d’analyse financière et comptable est indispensable au bon fonctionnement de la plateforme ;

  • En dernier lieu, et en particulier pour toute la partie presse et relations publiques, un représentant de la structure devra consacrer du temps à divers évènements, salons, etc., qui permettent de faire connaitre la plateforme et d’« imprimer » son nom et son image dans l’esprit du public.

Vous avez lancé votre plateforme ou vous posez encore des questions ? N’hésitez pas à nous faire part de vos retours d’expérience en laissant un petit commentaire !

Recent Posts

Laisser un commentaire

Contactez-nous

Laissez-nous vos coordonnées, un associé vous rappelle dans la journée !